Mission et vision

Learning

Nous savons que lorsque nous apprenons et créons des souvenirs, certaines connexions entre les cellules nerveuses se multiplient et se renforcent, tandis que d’autres s’affaiblissent ou sont supprimées. Ce remodelage, également appelé neuroplasticité, est constant du matin au soir et de la petite enfance à l’âge adulte, déterminant la manière dont nous percevons et interagissons avec le monde qui nous entoure. Bref, c’est ce qui nous rend humains.

Mais la neuroplasticité est complexe. Lorsqu’elle est anormale, elle peut entraîner un large éventail de troubles du développement, de maladies mentales et de dépendances. Par conséquent, la compréhension de cette variabilité est essentielle pour trouver des moyens de protéger le cerveau contre les assauts; de guérir après une blessure; de traiter les troubles du développement, de l’apprentissage et les troubles psychiatriques; et d’améliorer sa résilience tout au long du processus de vieillissement.

Dans ce contexte, la communauté canadienne des neurosciences envisage une initiative unifiée et nationale pour le cerveau: la Stratégie canadienne de recherche sur le cerveau (SCRC). Le SCRC réunira des chercheurs et des Canadiens atteints de maladies du cerveau de partout au pays afin de répondre à une question fondamentale:

Comment le cerveau apprend-il, se souvient-il et s’adapte-t-il?

Pour répondre à cette question fondamentale, le SCRC orientera le Canada vers un modèle de mégascience (« big science ») en recherche sur le cerveau, fondé sur la collaboration, la transdisciplinarité et l’ouverture. La force de SCRC provient de la profonde expertise scientifique du Canada dans les domaines de la recherche sur le cerveau, de l’intelligence artificielle et de la neuroéthique, associée à l’excellence clinique, et qui tire parti de nos données universelles sur la santé pour éclairer la recherche fondamentale et les soins aux patients. Notre force s’appuie également sur une tradition de recherche collaborative et sur l’engagement de nos leaders scientifiques à travailler ensemble au-delà des frontières disciplinaires.
La SCRC adhère à la vision scientifique du Canada et s’attachera à créer une main-d’œuvre scientifique équitable, diversifiée et collaborative et à mettre en place une infrastructure de recherche améliorée permettant de partager des outils, des technologies et des données. Ce faisant, elle renforcera l’écosystème de recherche sur le cerveau en créant un environnement de recherche propice à l’étude de l’apprentissage, de la mémoire et de l’adaptation du cerveau.

Nous croyons que la SCRC produira de nouvelles connaissances sur le cerveau qui mèneront à des politiques qui amélioreront et enrichiront la vie des Canadiens.

La stratégie canadienne de recherche sur le cerveau sera:

Collaborative

Comprendre comment le cerveau apprend, se souvient et s’adapte nécessite un effort collectif ancré dans la diversité. La SCRC renforcera la culture de collaboration scientifique au Canada, en s’appuyant sur plus d’une douzaine de consortiums pancanadiens axés sur la recherche sur le cerveau et la santé mentale.

 

Ouverte

Le partage ouvert des données et des outils de recherche est essentiel à une meilleure compréhension du cerveau et à la transformation de la recherche sur le cerveau au Canada. Le SCRC s’appuiera sur les initiatives de science ouverte existantes au Canada, telles que sa plateforme informatique haute performance nationale et sa plateforme ouverte de données en neurosciences.

 

Transdisciplinaire

Aujourd’hui plus que jamais, les avancées en neurosciences dépendent des efforts conjugués de scientifiques de nombreux domaines. Pour atteindre ses objectifs, le SCRC construira un langage scientifique commun et une vision partagée entre les disciplines et formera une nouvelle génération de chercheurs transdisciplinaires.

Mission

La SCRC a pour mission de tirer parti des forces du Canada et des investissements actuels en neurosciences collaboratives de pointe pour transformer la santé neurologique et mentale des Canadiens. Sa vision consiste en une recherche novatrice et collaborative sur le cerveau qui orientera les politiques et qui vise le progrès de la société, de la santé et de l’économie au Canada et ailleurs au monde.

Mission et vision

La stratégie repose sur quatre piliers:

1: COMPRENDRE le fonctionnement du cerveau dans la santé et la maladie, de la synapse au comportement
Le Pilier 1 vise à comprendre comment le cerveau normal se développe et fonctionne, et comment il évolue tout au long de la vie.
2: RÉPONDRE aux défis de santé du cerveau par la prévention et le traitement
Le Pilier 2 vise à traduire les nouvelles connaissances fondamentales sur le cerveau en nouvelles stratégies de prévention et traitements pour les troubles du cerveau.
3: APPLIQUER la connaissance du cerveau pour améliorer l'éducation, le bien-être social et culturel tout au long de la vie
Le troisième pilier utilise les nouvelles connaissances pour inspirer les découvertes dans d’autres domaines, notamment les technologies de l’information et de la communication, l’économie, les systèmes complexes, le comportement social humain et l’éducation.
4: CONSTRUIRE et catalyser le développement de technologies et d’une intelligence artificielle améliorée inspirée par le cerveau
Le Pilier 4 vise le développement de nouveaux outils permettant de visualiser et de mesurer le cerveau, de techniques de calcul permettant de comprendre sa complexité, ainsi que de technologies inspirées par le cerveau, notamment une intelligence artificielle améliorée, qui auront de nombreuses applications en santé, en éducation et au-delà.

 

Les neuroéthiciens du Canada guideront ces efforts et continueront à jouer un rôle de premier plan dans l’alignement des considérations éthiques, sociales, juridiques et stratégiques avec les progrès de la neuroscience.

En exploitant les investissements existants dans la science du cerveau et en adoptant une approche mégascience de la découverte, la SCRC peut transformer l’avenir de la société canadienne.


La recherche sur le cerveau est une force nationale.

Il est maintenant temps d’en faire un trésor national.