Secrétariat de la SCRC

Jennie Z. Young, Ph.D., est la Direction générale, où elle dirige un effort pancanadien visant à élaborer une stratégie nationale de recherche sur le cerveau et la santé mentale. Mme Young se passionne pour la qualité exceptionnelle et la nature collaborative de la recherche en neurosciences et en santé mentale au Canada. Avant de se joindre à la SCRC, la Dre Young a dirigé la recherche et les programmes de la Fondation Brain Canada, où elle a supervisé les plus importants programmes financés et s’est engagée dans des partenariats avec des organismes sans but lucratif, des organismes de bienfaisance dans le domaine de la santé et des organismes gouvernementaux. Mme Young est titulaire d’un doctorat en neurosciences de l’Université de l’Alberta et a passé 14 ans à l’étranger au MIT en tant que chef du personnel scientifique du lauréat du prix Nobel Susumu Tonegawa et du directeur du Picower Institute, Li-Huei Tsai, où elle a joué un rôle clé dans des découvertes révolutionnaires dans les domaines de l’apprentissage et de la mémoire et de la maladie d’Alzheimer. Mme Young a publié des articles dans des revues à comité de lecture de premier plan, notamment Nature, Science, Cell, Nature Neuroscience, Nature Biomedical Engineering, et Neuron.

Joseph Olajide, PhD, est Directeur des programmes et des partenariats, où il sert de partenaire organisationnel et analytique pour réunir les parties prenantes internes et externes. M. Olajide est passionné par la défense des sciences du cerveau et de la santé mentale dans toutes les couches de la société. Tout au long de sa carrière, il s’est engagé dans des initiatives internationales de sensibilisation au cerveau, notamment des programmes visant à réduire la stigmatisation sociétale des problèmes de cerveau et de santé mentale, et à promouvoir la diversité et la participation des femmes aux neurosciences en Afrique. Avant de se joindre à la SCRC, M. Olajide a occupé des postes de chargé de cours et a dirigé des équipes de recherche en tant qu’associé de recherche à l’Université Concordia. Il est toujours membre du corps professoral de l’Université d’Ilorin, au Nigeria. Il a obtenu un doctorat en anatomie et en neurobiologie dans le cadre d’un programme conjoint de l’Université d’Ilorin et du University College London, et a poursuivi sa formation au Centre international pour le génie génétique et la biotechnologie en Italie grâce à une bourse Arturo Falaschi.

Andrew Manitowabi

Andrew Manitowabi (Mamaateshiins), BA, BBA, est le Consultant en stratégie autochtone pour le bien-étre du cerveau, où il cherche à intégrer la dualité de l’autochtonie et de l’occidentalité dans la défense des intérêts des peuples autochtones sous-représentés, vulnérables et défavorisés. Il est essentiel de suivre et d’apprendre des détenteurs de savoirs autochtones pour garantir une évolution significative, authentique et transformatrice permettant de réaliser la vision établie par la SCRC. En affirmant l’utilité du savoir autochtone, et en favorisant les collaborations autochtones en cours, la SCRC (et le Canada dans son ensemble) pourra véritablement modifier le paysage du savoir sur le cerveau. M. Manitowabi a une affinité de longue date avec les sans-voix et la capacité de changer les paradigmes et le discours. M. Manitowabi a travaillé pour des organisations autochtones au niveau communautaire et provincial-territorial. Parallèlement à ce poste, il est gestionnaire du programme Anishinaabemowin pour le territoire non cédé de Wiikwemkoong, où il fait le lien entre les traditions et les croyances anishinaabe et les modes de vie actuels, en ce qui concerne la revitalisation de la langue. M. Manitowabi détient un baccalauréat en criminologie et en études des Premières nations de l’Université Western et un baccalauréat en administration des affaires de Laurentian University.